Abonnez vous
 

 Bonjour et bienvenue,
Casser la croûte, c'est quoi ?
Et bien, c'est manger n'importe où, sur le coin de la table, debout accoudé au bar ou l'assiette sur les genoux, les fesses coincées dans le pliant et les yeux rivés sur le bouchon qui se balance au bout de la ligne.
Casser la croûte c'est manger sans manières avec les doigts ou la pointe du couteau, à n'importe quelle heure et avec qui bon vous semble.
Eh oui, le casse-croûte se mange quand on a faim, et même dans le désordre si on en a envie. C'est un espace de liberté culinaire où tout est permis pourvu que cela soit bon pour le palais.
Saviez-vous que le casse-croûte était jusqu'à la fin du XIXe siècle un instrument qui servait à broyer le pain pour les vieillards édentés ? Appétissant n'est-ce pas ?
Ce n'est qu'en 1898 que la définition « petit repas sommaire » apparaît.
A cette époque, le casse-croûte était un casse-croûte de nécessité. Les travailleurs aux champs ou bien dans les villes chez les artisans ou encore dans les usines un peu plus tard ne pouvaient pas rentrer chez eux pour déjeuner.

Alors ils préparaient un « repas » simple qu'ils pouvaient transporter.
Et puis le casse-croûte est devenu moins rudimentaire, plus recherché dans ses saveurs, ses couleurs, sa présentation.
Aujourd'hui le casse-croûte est aussi bien un sandwich BLT à trois étages qu'un croissant farci au Cantal et au jambon de pays ou qu'une tarte aux asperges vertes et au saumon fumé et à l'aneth.
C'est parce que je suis convaincu que faire à manger simplement et sans prétention est le meilleur moyen pour sauvegarder la variété des goûts, que je me propose à travers des vidéos hebdomadaires de vous faire redécouvrir une façon de préparer à manger simple, colorée et diversifiée.

vincent_2

Bon appétit à tous !
Vincent